mardi 17 septembre 2013

Programme école et cinéma


Avis aux enseignants !
Il est encore temps d'inscrire vos élèves au dispositif  "Ecole et cinéma"



Ici :

Ecoles publiques : https://phare.ac-rennes.fr/ia29/bn3de (espace bureau du directeur, menu mes application)

Ecoles privées https://phare.ac-rennes.fr/ia29/ec1d-pr (espace 1er degré, menu mes application)



Avant le 22 septembre !


La programmation est en dessous.

Cycle 1  (3 films)



EN PROMENADE...
de Siri Melchior  (Danemark – 2012 – 36 min)
Animation
Partez à la rencontre d’un petit homme qui décroche la lune, d’oiseaux aux histoires étonnantes ou de lapins aventureux… Une promenade pleine de tendresse, de douceur et de rires pour les plus petits spectateurs.



 



LE PETIT GRUFFALO
de Uwe Heidschotter (GB – 2012 – 43 min)
Animation
Découvrez en avant programme trois courts métrages d’animation. Des traces de pas dans la neige et des prédateurs qui rodent... autant de parcours initiatiques qui, par leur univers ou leur thème, font écho à l’aventure du Petit Gruffalo.
Son papa l’a averti : en aucun cas, le Petit Gruffalo n’a le droit d’aller se promener seul dans les bois profonds. C’est bien trop dangereux ! Un animal rôde dans les parages… une créature terrifiante, gigantesque, aux yeux cruels et aux moustaches plus dures que l’acier. C’est la Grande Méchante Souris !









PORTRAIT DE FAMILLE
de Morteza Ahadi...  (Iran – 2012 – 43 min)
Animation
Le Pays des contes des mille et une nuit est en ébullition..
La fête bat son plein chez les papillons…
Maman Corbeau met au point une stratégie pour se débarrasser d’un renard affamé.
Maître Corbeau va se marier sous les yeux d’un chat ébahi !
Une Grand-mère qui n’a pas froid aux yeux prend la route pour rendre visite à son petit fils qui vient de naître.
Un village prépare avec enthousiasme, le mariage de la belle Hajar ! 











Cycle 2 (4 films)
 
CONTES CHINOIS
de Te Wei... (Chine – 44min)
Animation/ Courts métrages
Les Têtards à la recherche de leur maman 
L’Épouvantail
Les Singes qui veulent attraper la lune
Impression de montagne et d’eau
Les Trois Moines












LE CIRQUE
de Charlie Chaplin  (USA – 1928 – 1h12 - Muet)
Avec Charlie Chaplin
Charlot, pris pour un pickpocket, se réfugie dans un cirque et déboule sur la piste en plein spectacle. Son arrivée fait rire le public et le directeur l'engage aussitôt comme clown. Charlot devient amoureux de l'écuyère mais son rival le fait renvoyer...



 



PONYO SUR LA FALAISE
de Hayao Miyazaki (Japon – 2013 – 1h41)
Animation
Le petit Sosuke, cinq ans, habite un village construit au sommet d'une falaise qui surplombe la Mer Intérieure. Un beau matin, alors qu'il joue sur la plage en contrebas, il découvre une petite fille poisson rouge nommée Ponyo, piégée dans un pot de confiture. Sosuke la sauve, et décide de la garder avec lui dans un seau.
Ponyo est aussi fascinée par Sosuke que ce dernier l'est par elle. Le petit garçon lui promet de la protéger et de s'occuper d'elle, mais le père de Ponyo, Fujimoto - un sorcier autrefois humain qui vit tout au fond de la mer - la force à revenir avec lui dans les profondeurs. Bien décidée à devenir humaine, Ponyo s'échappe pour retrouver Sosuke....


 
JEAN DE LA LUNE
de Stephen Schesch  (France – 2012 – 1h35)
Animation
Jean de la Lune s’ennuie tout seul sur la Lune. Il décide de visiter la Terre. Un jour, il s’accroche à la queue d’une comète et atterrit chez nous. Le Président du Monde, persuadé qu’il s’agit d’un envahisseur, le pourchasse. Pour lui échapper, Jean de la Lune va devoir compter sur les enfants et ses amis… 









Cycle  3 (5 films) 



LE JOUR DES CORNEILLES
de Jean Christophe Dessaint (France – 2012 – 1h36)
Animation
Le fils Courge vit au cœur de la forêt, élevé par son père, un colosse tyrannique qui y règne en maître et lui interdit d'en sortir. Ignorant tout de la société des hommes, le garçon grandit en sauvage, avec pour seuls compagnons les fantômes placides qui hantent la forêt. Jusqu’au jour où il sera obligé de se rendre au village le plus proche et fera la rencontre de la jeune Manon…


















L'ETRANGE NOEL DE M. JACK
de Henry Selick (USA – 1994 – 1h15)
Animation
Jack Skellington, roi des citrouilles et guide de Halloween-ville, s'ennuie : depuis des siècles, il en a assez de préparer la même fête de Halloween qui revient chaque année, et il rêve de changement. C'est alors qu'il a l'idée de s'emparer de la fête de Noël...


UN ANIMAL DES ANIMAUX
de Nicolas Philibert (France – 1994 – 1h)
Documentaire
Fermée depuis vingt-cinq ans au public, la grande galerie de zoologie du Museum national d'Histoire naturelle vient de rouvrir. "Un animal, des animaux" raconte la métamorphose de ce lieu et la résurrection de ses étranges pensionnaires, restés si longtemps dans la pénombre et dans l'oubli. Peu à peu, le film nous entraîne dans les laboratoires et les réserves, à la découverte du rêve et de l'étrangeté.
















L'HOMME INVISIBLE
de James Whale (USA – 1933 – 1h11)
Avec Claude Rains...
Jack Griffin, un scientifique, a trouvé le moyen de devenir invisible. Soucieux de trouver la formule qui lui permettra un retour à la normale avant d'annoncer sa découverte, il s'enroule le visage de bandeaux et se retire dans l'auberge d'un village isolé. Son aspect étrange ainsi que son comportement attirent la curiosité des gens et l'empêchent de travailler. Agacé, Griffin cherche à effrayer les villageois et se sert de son pouvoir à des fins de plus en plus malintentionnées... 








WADJDA
de Haifaa Al Mansour (Arabie saoudite – 2012 – 1h37)
Avec Waad Mohamed...
Wadjda, douze ans, habite dans une banlieue de Riyad, capitale de l’Arabie Saoudite. Bien qu’elle grandisse dans un milieu conservateur, c’est une fille pleine de vie qui porte jeans et baskets, écoute du rock et ne rêve que d’une chose : s’acheter le beau vélo vert qui lui permettra de faire la course avec son ami Abdallah. Mais au royaume wahhabite, les bicyclettes sont réservées aux hommes car elles constituent une menace pour la vertu des jeunes filles.
Wadjda se voit donc refuser par sa mère la somme nécessaire à cet achat. Déterminée à trouver l’argent par ses propres moyens, Wadjda décide alors de participer au concours de récitation coranique organisé par son école, avec pour la gagnante, la somme tant désirée.




mardi 20 août 2013

Evènement Ciné Club







L'HOMME DE RIO
de Philippe de Broca (France – 1964 – 2h)
Avec Jean Paul Belmondo…
Le deuxième classe Adrien Dufourquet est témoin de l'enlèvement de sa fiancée Agnès, fille d'un célèbre ethnologue. Il part à sa recherche, qui le mène au Brésil, et met au jour un trafic de statuettes indiennes.


C'est (...) une œuvre originale et charnière dans le cinéma français, qui s'inscrit aussi bien dans les contours de la Nouvelle Vague que dans l'appropriation de codes issus des films à grand spectacle américains (dont l'inévitable séquence de la bagarre générale dans un saloon bondé) ” dvdclassik.com
Ciné club le mardi 27 aout à 20h30


Nouveaux TARIFS 2013

 
Plein              7,50 €

Réduit            5,50 €
  (lycéens, étudiants, RSA, chômeurs) tarif réduit pour tous le mercredi
                                         
Adhérent *   5,00 €

Enfants        3,50 €
  (- de 12ans)
 


Cartes de 5 places

Tarif abonné                 30 €

                     (soit 6 € la place)
 
Tarif adhérent *            25 €

                                     (soit 5 € la place)
 
 
 
* adhésion 2013/14          17 € 
(tarif réduit : 10 €)
      (valable 1 an à partir de la date d’adhésion)

lundi 19 août 2013

C'est la rentrée !






JEUNE ET JOLIE
de François Ozon  (France – 2013 – 1h34)


Interdit aux moins de 12 ans

Le portrait d’une jeune fille de 17 ans en 4 saisons et 4 chansons.

Formidable actrice dont on n’a pas fini d’entendre parler (...) La maîtrise d’un réalisateur parvenu au sommet de son métier (...) Ce n’est pas de l’art ostentatoire, la mise en scène est discrète mais, pour qui y est sensible, de cette précision qui conditionne l’efficacité. L'Humanité






LES SALAUDS

de Claire Denis (France – 2013 – 1h40)
Avec Vincent Lindon…
Commandant, à bord d’un supertanker, Marco Silvestri doit rentrer d’urgence à Paris, abandonner le navire. Sa sœur Sandra est aux abois… son mari suicidé, une entreprise en faillite et sa fille unique à la dérive. Sandra désigne le coupable : l’homme d’affaires Edouard Laporte. Marco loue un appartement dans l’immeuble où Laporte a installé sa maitresse et leur fils. Mais Marco n’avait pas prévu les secrets de Sandra, qui brouillent la donne…

“Il adopte la forme d'un cauchemar envoûtant aux contours incertains, une abstraction lynchienne, irriguée par les éclats de mise en scène de Claire Denis, par sa capacité unique à créer une atmosphère en un seul plan.  ”  Les inrocks











L'HOMME DE RIO
de Philippe de Broca (France – 1964 – 2h)
Avec Jean Paul Belmondo…
Le deuxième classe Adrien Dufourquet est témoin de l'enlèvement de sa fiancée Agnès, fille d'un célèbre ethnologue. Il part à sa recherche, qui le mène au Brésil, et met au jour un trafic de statuettes indiennes.


C'est (...) une œuvre originale et charnière dans le cinéma français, qui s'inscrit aussi bien dans les contours de la Nouvelle Vague que dans l'appropriation de codes issus des films à grand spectacle américains (dont l'inévitable séquence de la bagarre générale dans un saloon bondé) ” dvdclassik.com
Ciné club le mardi 27 aout à 20h30









JOUR DE FÊTE
de Jacques Tati (France – 1949 – 1h16)
Avec Jacques Tati…
Des forains s'installent dans un calme village. Parmi les attractions se trouve un cinéma ambulant où le facteur découvre un film documentaire sur ses collègues américains. Il décide alors de se lancer dans une tournée à "l'américaine".

“Aujourd’hui, c’est la version originale en noir et blanc qui ressort sur nos écrans grâce à la restauration initiée par Les Films de Mon Oncle. Où l’on (re)découvre que les éclats comme la patine nostalgique sont d’abord l’œuvre du rythme aussi tendre que vivace de ce poème visuel. ” Critikat

“La superbe restauration de "Jour de fête" offre la possibilité de revoir en salles le premier long métrage de Jacques Tati dans toute la splendeur d’un noir et blanc qui fait oublier que le film avait été initialement pensé et tourné en couleurs (...).”
Libération